Cuisine et Gastronomie

Balade Irlandaise !

By  | 

Un oranger sur le sol irlandais, on ne le verra jamais…

 

Quelle jolie ballade chantée par ce cher Bourvil en 1958. Pas d’oranger sur le sol irlandais, il y fait trop froid, mais la chaleur et l’amitié sont omniprésentes dans le cœur de toutes les Irlandaises et tous les Irlandais.

Saint-Patrick patron des Irlandais est fêté le 17 mars, à Dublin, on lui consacre un festival de cinq jours qui a rassemblé environ 500 000 personnes en 2006. Mais c’est à New York que la plus grande parade a lieu avec ses 2 millions de participants. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les premières festivités eurent lieu à Boston en 1737.

Mais la Saint-Patrick n’est pas uniquement réservée au Irlandais, au Québec tout le monde y participe de près ou de loin que ce soit avec un simple trèfle à la boutonnière pour les honorer ou en faisant la fête – en buvant de la bière verte et en dansant jusqu’aux petites heures du matin – pour les accompagner !

De grandes parades sont organisées dans le monde entier : Belfast, Manchester, Paris, Sydney et même dans certains pays asiatiques.

 

Histoire courte d’un Saint

Patrick, jeune gallois de 16 ans, est enlevé et vendu comme esclave en Irlande, au bout de six ans, il s’évade et retrouve ses parents. Plus tard il sera consacré évêque et retournera en Irlande pour l’évangéliser. Il y débarque en 432 et c’est lors d’un sermon demeuré célèbre qu’il montre une feuille de trèfle pour expliquer la Sainte Trinité.

Y aurait-il un lien entre le symbole de l’Irlande et le trèfle porte-bonheur ?

Peut-être, car Patrick arriva à convertir les druides qui adoptèrent la religion chrétienne sans qu’il n’y ait un seul martyr.

 

Dessert de la Saint-Patrick

Il n’y a pas à proprement parler de dessert de la Saint-Patrick, la seule chose à respecter pour l’occasion c’est la couleur verte. C’est d’ailleurs le seul moment de l’année où je laisse mes élèves pâtissiers s’amuser un peu avec le colorant vert, car ce n’est pas habituellement la couleur idéale pour rendre un gâteau appétissant surtout lorsque l’on tombe dans le vert fluo, ce qui est fréquent lorsqu’on laisse les apprentis jouer dans la pâte !

Les Irlandais nous ont apporté le Plum Puding, mais c’est plutôt un dessert de Noël ici. S’il y a peu de leurs spécialités sucrées qui sont venues jusqu’à nous, on peut malgré tout s’inspirer des saveurs Irlandaises de l’irish coffee et de leur fameux whiskey pour en imaginer quelques-uns.

Trucs chef Didier

Les trucs du chef Didier

 

Pour réussir une génoise, qui est la base d’un shortcake, il faut chauffer ensemble les œufs et le sucre sur un bain-marie jusqu’à une température d’environs 450 °C/110 °F tout en remuant et fouetter ensuite hors du feu jusqu’à ce que le mélange fasse un ruban.
Il est préférable d’utiliser du sucre granulé que l’on ajoute dès le départ pour sucrer une crème chantilly, plutôt que le sucre à glacer qui contient un peu trop, à mon goût, d’amidon ajouté lors de sa conception pour l’empêcher de s’agglomérer au contact de l’humidité ambiante.
Il faut à tout prix éviter d’ouvrir le four pendant la cuisson de la génoise – au moins pendant les 30 premières minutes – au risque de la voir se dégonfler irrémédiablement.

Les bonnes adresses

L’ambiance, la musique, les spécialités culinaires, la couleur locale tout y est dans ce véritable pub irlandais.

Le Saint-Patrick
1200 Saint-Jean à Québec
Tel. (418) 694-0618

 

Le lieu à Montréal pour déguster un scone ou un délicieux sablé au beurre tout en sirotant une tasse de thé préparée dans les règles de l’art, des délices irlandais et écossais à découvrir.

Shortbread by Gryphon
5962, avenue Monkland, Montréal,
Tel. (514) 487-3933

 

Le site à découvrir

Très joli site personnel qui nous fait découvrir l’Irlande comme si on y était. http://irlande.web-sy.fr/

 

Le livre

Les amoureux de l’Irlande seront comblés par cet ouvrage, fruit de trente années de travail de l’auteur Victor-Lévy Beaulieu.  Il y traite des ressemblances et des dissemblances entre le Québec et l’Irlande, qui ont, en dehors de la langue, beaucoup plus de points communs qu’on ne l’imagine. Un beau cadeau à offrir pour la Saint-Patrick.

James Joyce, l’Irlande, le Québec, les mots – Victor-Lévy – Éditions Trois-Pistoles- 2006 – 56,66 $

 

 

Shortcake irlandais

Gateau_Saint_Patrick

Pour 8 personnes

Ingrédients

Pour la génoise

  • 4 œufs
  • 100 g (1/2 tasse) de sucre granulé
  • 120 g (1 tasse) de farine tout-usage
  • Pour la chantilly
  • 500 ml (2 tasses) de crème 35%
  • 100 g (1/2 tasse) de sucre granulé
  • 5 ml (2 c. à thé) d’essence de vanille liquide
  • Garnitures et décorations
  • 1 boîte de pêches au sirop de 398 ml (14 oz)
  • 12 belles feuilles de menthe fraîche
  • 45 ml (3 c. à soupe) de whiskey irlandais
  • 60 ml (1/4 tasse) de pistaches grillées
  • 3 cerises de terre

 

Préparation

La génoise (gâteau éponge)

Beurrer et enfariner un moule à gâteau (à manqué) de 23 cm (9 po) de diamètre.

Verser les œufs et le sucre dans un bol, le déposer sur un bain-marie et chauffer le tout jusqu’à une température d’environs 450 °C/110 °F en remuant bien. À l’aide d’un batteur électrique, fouetter ensuite, en dehors du feu, jusqu’à ce que le mélange fasse un ruban.

À l’aide d’une spatule en caoutchouc, incorporer délicatement la farine en pliant le mélange. Verser la pâte dans le moule et le déposer dans le centre du four préchauffé à 180 °C/360 °F. Cuire environ 40 minutes. Vérifier la cuisson en enfonçant un pique en bois dans le gâteau : il doit ressortir sec.

Laisser le gâteau refroidir au frais. On peut le préparer la veille et le conserver au réfrigérateur, ou plusieurs jours à l’avance, en le congelant à peine refroidi.

Le sirop

Égoutter les pêches en conservant le jus et les trancher. Dans une petite casserole, porter le jus à ébullition, y faire infuser les feuilles de menthe 5 minutes à couvert et les enlever ensuite. Laisser refroidir le sirop et y ajouter le whiskey.  Concasser grossièrement les pistaches.

La chantilly

Fouetter la crème avec le sucre et la vanille jusqu’à ce qu’elle fasse des piques bien fermes.

Le montage final

Ouvrir la génoise en deux parties égales, à l’aide d’un pinceau, badigeonner chaque côté avec du sirop parfumé. Étaler un peu de chantilly sur un côté, déposer les pêches tranchées, couvrir d’un peu de chantilly et refermer le gâteau.

Badigeonner légèrement la surface du gâteau avec du sirop parfumé.

À l’aide d’une palette, recouvrir entièrement le gâteau de crème chantilly et appliquer les pistaches hachées sur le pourtour du gâteau. Décorer de quelques cerises de terre et de trèfles découpés dans des feuilles de menthe fraîche.

 

Servir avec un café irlandais bien corsé.

À noter : ce dessert peut être préparé la veille, il peut se congeler environ deux semaines, bien emballé, mais il y perdra en qualité.

 

Des plates-bandes au barbecue, en passant par le chocolat, son plus grand bonheur est de pouvoir partager avec le plus grand nombre, les plaisirs simples de la bonne cuisine et la joie de vivre au grand air. Chef cuisinier d’expérience, Didier est aussi chroniqueur, journaliste et auteur de plusieurs livres. Suivez Didier sur son site dédié à l'hygiène et la salubrité alimentaire au Québec.